LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES
BIENVENU DANS LA REGION
SAVA
carte de SAVA
de l'ïle de MADAGASCAR

TOURISME, SPORT ET DECOUVERTES, EN SOLO OU EN VOYAGES ORGANISES

Des randonnées pédestres, en TREK ou en TRAIL, à travers des paysages d'une variété infinie,

longeant le légendaire fleuve BEMARIVO dans la Grande Vallée de la Vanille à MADAGASCAR

Ou escaladant l'extraordinaire Pic du Marojejy, ce parc national malgache, sanctuaire de la nature


Aller en pionnier à la découverte du site d'AMPAMBOKINANA, une curiosité géologique unique au monde et qui reste encore mal connue même à Madagascar Et au retour, se relaxer au bord d'une barge du fleuve Bemarivo, « la rivière de bonne espérance » à la malgache.

Pour "séjour limité" , des circuits d'une journée pour vous dévoiler les merveilles cachées de la région SAVA

 

LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES


L'ADMINISTRATION
A SAVA, UNE DES 22 REGIONS DE MADAGASCAR

SAVA, une des 22 régions de Madagascar et une des 2 régions que compte la province d'Antsiranana ex-Diégo-Suarez, est située dans la côte nord est de la grande île.


Elle comportent 4 Districts, et les premières lettres des noms de celles-ci composent le nom de la région: SAMBAVA, ANTALAHA, VOHEMAR, ANDAPA. D'où l'appellation SAVA.

Sambava, située au cente des trois autres districts, est la capitale régionale. Tandis que, Antalaha est située au sud, Andapa plutôt à l'ouest, le seul qui se trouve à l'intérieur des terres, et  Vohémar au nord. Les villes d'Antalaha, de Sambava et de Vohémar sont toutes au bord de la mer, cote à cote devant l'Océan Indien.

La région est dirigée par un Chef de Région, assisté des quatres Chefs de District qui, chacun a en charge une des quatres circosncriptions dont les quatres villes sont les chefs-lieu respectifs. La région de SAVA étant divisée en quatre districts.

Chaque District est enfin divisé en une trentaine de communes rurales en plus de la commune urbaine du chef-lieu correpondant. Enfin, chaque commune est fragmentée en une dizaine de Fokontany,  centre local de l'administration de proximité.

cliquez sur l'image pour agrandir
Sambava, chef-lieu de la région SAVA

LE DISTRICT DE

SAMBAVA

carte de sambava

Sambava c'est le chef-lieu de la région SAVA.

Le suffixe "...BAVA" en malgache a toujours trait à la bouche qui se traduit par "VAVA" et le jeu de mots "Sambava, zay tsy mahay mitam-bava" est un célèbre adage de la région qui signifie littéralement, "CELUI QUI NE SAIT PAS METTRA LA MAIN SUR SA BOUCHE (par étonnement ~ restera bouche bé) pour marquer la spécificité de la ville de Sambava par rapport aux autres agglomérations urbaines de Madagascar.

Sambava est sans aucun doute la plus singulière des villes de la grande île, de part sa culture même, de part la structure cosmopolite  de sa population composée d'apatrides originaires de tous les horizons de la grande île,  la richesse du district dont elle est le chef-lieu, et la particularité de ses ressources environnementales. Mais elle a une certaine similarité avec Antalaha sur le plan climatique que du dialect parlé: le betsimisaraka. On dit: "mbôla tsara andré", pour dire "bonjour".

Pour en savoir plus sur Sambava, cliquez sur la bannière

http://www.sambava.vanillaland.com

LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES

LE DISTRICT D'

ANTALAHA

carte antalaha

Antalaha est la deuxième ville de la région SAVA et le district dudit a une certaine similarité avec celui de Sambava, tant sur le plan climatique que du dialect parlé: le betsimisaraka. On dit: "mbôla tsara andré", pour dire "bonjour". Mais elle se singulatrise par sa dotation en port de boutres, qui lui permet de communiquer avec les autres villes côtières de l'est de l'île par voie maritime et par lequel un important volume de marchandises est échangé avec Toamasina.

Pour en savoir plus sur le District d'Antalaha cliquez sur la bannière

http://www.antalaha.vanillaland.com

LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES

LE DISTRICT DE

VOHEMAR

carte de vohémar

Vohémar est la ville la plus au nord de la région SAVA et se distingue surtout par son climat plus sec et son dialect plus proche du dialect du nord ouest de l'île de Madagascar:le sakalava . On dit: "mbôla tsara anarô", pour dire "bonjour". Sa flore clairesémée a favorisé l'élevage extensif des zébus, ce qui rend le district le plus riche de la région en bétails. Les bétails y sont laissés en toute liberté. C'est là que se trouve le port commercial de la région qui assure le trafic maritime des marchandises avec les grands ports de Madagascar dont Toamasina, mais aussi avec l'étranger.

Pour en savoir plus sur Vohémar cliquez sur la bannière.

site de vohémar

LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES

LE DISTRICT D'

ANDAPA

carte d'andapa

Andapa est la seule ville non cotière des quatre villes de la région de SAVA. Le district qui se situe dans les terres plus à l'ouest de Sambava.

Située en altitude, elle est caractérisée par son climat plus frais et son dialect est plus proche du tsimihety. On dit: "mbôla tsara aré ", pour dire "bonjour". Le district d'Andapa est réputé pour être le grenier à riz de la région de SAVA car il en est le plus grand producteur, et même le seul district qui pratique la culture intensive à vocation commerciale du riz.

Pour en savoir plus sur le district d'Andapa cliquez sur la bannière.

site d'Andapa


LA REGION


TOURISME

SAVA UNE CURIOSITE TOURISTIQUE ET ECOLOGIQUE A EXPOLRER

Si le Jardin d'Eden existait encore, il serait dans la SAVA de Madagascar!

 La région SAVA en elle-même constitue déjà une grande réserve naturelle car quatre grands sanctuaires de la nature sont répartis naturellement entre les quatre districts qui composent la région:

LA RESERVE SPECIALE DE MASOALA située entre Maroantsetra au sud et Antalaha au nord,


L'AIRE PROTEGEE DE DARAINY au nord de Vohémar,


LE MAROJEJY NATIONAL PARK à 60 km de Sambava, entre Sambava et Andapa et


LA RESERVE D'ANJANAHARIBE à Andapa.

cliquez sur l'image pour agrandir

traversée d'Ambinanibe de Bemarivo
traversée d'Ambinanibe
village de Marogaona Bemarivo
village de Marogaona Bemarivo
à travers les vanilliersl
a randonnée, à travers les vanilliers
sur le fleuve Bemarivo
sur le fleuve Bemarivo
sur le fleuve Bemarivo
les barges du fleuve Bemarivo
cascade d'Ampambokinana
cascade d'Ampambokinana
Ampambokinana
cascade à Ampambokinana
le canal d'Ampambokinana
le canal d'Ampambokinana
Marojejy vu de Manantenina
Une vue de Marojejy
le plus petit caméléon du monde
le  plus petit caméléon du monde à Marojejy
lémurien de Marojejy 
Une des especes de lémuriens de Marojejy
le lémurien soayeux, emblèmatique de Marojejy
le lémuriens sifaka soyeux de Marojejy
cliquez sur l'image pour agrandir
takhtajania perrieri
TAKHTAJANIA PERRIERI, l'arbre des dinosaures à Anjanaharibe sud àd4andapa


gekko géant de SA VA
gekko géant de SAVA

Et ce, sans parler des autres attractions touristiques non moins extraordinaires non répertoriées, encore  mal connues parmi lesquelles l'extraordinaire SITE D'AMPAMBOKINANA dans la GRANDE VALLEE DE LA VANILLE A SAMBAVA

QUELQUES IMAGES D'AMPAMBOKINANA
Clisuer sur une image pour la voir en taille réelle
le site d'Ampambokinana
enjamber le fleuve
la canal avant la gorge

la gorge
le canal avant la gorge

le canal
sortie de la gorgesortie du canal cascade après le canal

Tourisme à SAVA, une proménade de santé!

Si le jardin d’Eden existait vraiment, la SAVA de Madagascar n’en serait pas loin! Qu’est-ce que Adam et Êve n’auraient pas trouvé à SAVA?
D’abord rien de tel qu’un trek à travers l’air pur de la verdoyante nature savayenne pour redonner de la fermeté aux muscles ramollis par le mode de vie sédentaire des grandes villes et surtout pour faire le vidange des méninges et retrouver une tête bien claire.
C’est rarement mentionné dans les dépliants mais dans quel pays au monde trouve-t-on un aussi large choix de fruits exotiques à longueur d’années, de diverses espèces et de goûts, aussi riches en éléments nutritifs les uns que les autres.
Et quand on considère que 80% des espèces de faune à SAVA sont endémiques, que la majeure partie de celles-ci contient des vertus thérapeutiques, et que la plupart des plantes et fruits reconnus mondialement comme anti-cancéreux poussent à gogo dans le carré vert de SAVA, alors ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de voyager à SAVA en rendant l’utile à l’agréable: LE TOURISME ET LA SANTÉ

! pervenche de Madagascar
pervenche de Madagascar qui contient une substance reconnue très efficace contre le cancer

 

VANILLALAND TOURS est pionnier dans la plupart des circuits que nous proposons. Nous avons découvert nous-mêmes ces sites originaux qui composent nos circuits et sommes le premier sinon le seul opérateur touristique à les présenter aux visiteurs étrangers.

VOIR NOS DIFFERENTS PACKAGES

 


LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES

HEBERGEMENTS ET RESTAUIRATION  A SAVA

A SAVA, ce n'est pas les bons hotels qui manquent . Des plus simples, compacts et bon marché à moins de 4? la nuit, au plus confortables, deux étoiles maximum, climatisés, meublés, à l'intérieur des terres ou en bord de mer. dans des quartiers les plus animés ou en périphérie de la ville.  Mais il est aussi possible, soit de louer un appartement ou carrément une maison indépendante au mois le temps d'un séjour, ou  opter pour un tourisme communautaire qui vous permettra de vous faire héberger par une famille dans le cadre d'un arrangement pécunier ou en contre-partie d'une compensation en nature. Les "savaouites"étant de nature très sociables et accueillants, ce dernier procédé vous donnera l'occasion de vous familiariser et de vous intégrer à la communauté, mais surtout de vous faire des amis qui  vous le resteront au-délà de votre séjour dans la région.

L'ART CULINAIRE A SAVA
Dans la région de SAVA de Madagascar, les cuisines française, chinoise et malgache font bon ménage. La cuisine malgache qui consiste en des spécialités typiquement régionales n'est servie que dans les petits pavillons, genre gargote, portant généralement l'enseigne "HOTELY" (traduire plutôt "petit restaurant" au lieu de centre d'hébergement.  Quand aux grands restaurants, on y trouve que des spécialités purement françaises ou  chinoises. Mais de la longue histoire de cohabitation des cuisines française, chinoise et malgache dans la région, est née naturellement une spécialité résultant de l'amalgame de ces trois spécialités.   La spécialité locale est marquée par l'usage traditionnelle soit de la sauce aux tomates, soit du jus de coco soit de la bouillie. Il existe une  spécialité locale très prisée par la population qui se nomme SAOABA.   Le SAOABA est une cuisson soit d'igname, de manioc ou de maïs avec du sucre. Et toujours, au besoin, le jus de coco est là aussi pour en rehausser le goût. Cette préparation se mange en général à titre de petit-déjeuner ou de goûter. Par contre les préparations avec le jus de coco salé mélangé à d'autres ingrédients se mangent toujours en accompagnement du riz à titre de plats de résistance. A ce titre on peut citer les plus classiques:   LE AGNATOTO MIARO VANI SY HENA (feuilles de manioc pilées mélangées avec de la viande et jus de coco)   LE AKOHO VANI  (poulet bouilli avec du jus de coco)   Sans jus de coco, on peut citer:   LE HENA RITRA  (de la viande de bouf cuit avec de l'eau jusqu'à évaporation totale de l'eau)   LE HENA ZARIKO  ( de la viande de bouf cuit avec du haricot)   Autrement, la spécialité locale utilise aussi largement les brèdes, généralement sous forme de bouillon.
saoaba de maîs, à base de maîs saoaba d'igname, à base d'igname et jus de coco
saoaba de maïs
cliquez sur l'image pour agrandir
saoaba d'igname
cliquez sur l'image pour agrandir

L'ARTISANAT A SAVA

De la végétation très diversifiée de la SAVA est née une grande variété de produits artisanaux, allant des mobiliers et équipements en diverses espèces de bois de tek ou en tiges de palmiers, des sacs, chapeaux, nattes et soufiques en barrane, feuilles de roseaux ou pailles, au figurines en gousses de vanille tressées et aux vases, boîtes à bijoux, bonbonnières ou coupes en bois de rose, en passant par des matières de récupération telles gaines de cartons en plastique ou des bandes magnétiques avec lesquelles les artisanes autochtones font de magnifiques objets pour dames dont sacs et chapeaux.(

 lampe de chevet en bois de rose   arbre du voyageur en gousses de vanille tressées 
coupe en bois de rose      chapeau en bande magnétique et fibres végétales   sac en feuilles de roseaux  sac en tissu et bande magnétique 



LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES

LA CULTURE ET LES TRADITIONS DE LA REGION SAVA

Comme toutes les autres régions de la grande île de Madagascar, SAVA a sa propre culture et des traditions qui font son identité:
Si la vénération des ancêtres est commune à toutes les tribus de Madagascar, elle est encore plus accentuée à SAVA, à travers les différentes cérémonies traditionnelles destinées à marquer le respect, la reconnaissance et le dévouement à l'esprit des parents décédés.


LES COUTUMES LOCALES

Dans la SAVA, la coutume est caractérisée par la philosophie de la vénération des morts. Elles se manifeste par l'existence de trois types de cérémonies toutes basées sur la croyance en la suprêmatie des ancêtres: le Asahara¨na, le Tsikafara et le Ras'haria¨na.
Une fête de ce genre est appelée le Tsaboraha.

Le Tsikafara est une cérémonie de sacrifice de zébu pour tenir une promesse faite à un ou des ancêtre(s) décédé(s) depuis longtemps, en échange de la réalisation d'un voeux. Le voeux peut consister en l'acquisition de richesse, en la naissance d'un enfant ou en toutes autres formes d'événement souhaité. Pour obtenir telle ou telle chose, un sujet, généralement descendant de l'ancêtre, prie celui-ci pour le bénir et faire en sorte que son voeux se réalise, et en échange le demandeur fait le serment de faire un sacrifice de zébu dès que le voeux est réalisé.

Le Ras'haria¨na est une cérémonie de sacrifice de zébu pour marquer le respect et le dévouement à un parent récemment décédé, généralement proche parent tel que père, mère, grand-père, grand-mère ou tout autre proche parent en qui on doit respect et reconnaissance. En fait, Le Ras'haria¨na vient de la fusion de deux notions: rasa qui signifie partage et haria¨na(harena) en malgache officiel, qui signifie richesse ou simplement biens. Le principe général du Ras'haria¨na est donc d'offrir au parent décédé, une part de ses biens. Cette idée vaut encore plus si le parent décédé à laissé lui aussi derrière lui des biens qu'il a acquis durant sa vie. Biens dont le sujet reconnaissant continue à jouir. A la différence du Tsikafara le Ras'haria¨na relève de la simple volonté du sujet et n'exige pas qu'un serment ait été fait auparavant.

Ces deux formes de cérémonie sont typiques de la côte nord-est de Madagascar et constitue un véritable esprit de vénération des ancêtres.



Les rites durant le sacrifice du zébu:

La tête du zébu est protégée contre les mouches par les descendants les plus jeunes

Une portion du met, composée de riz cuit et des meilleures parties de la viande est déposée sur une tablette de fortune faite de branches d'arbuste, à l'intention de l'esprit de l'encêtre vénéré

Le crâne du zébu est broché au sommet d'un tronc d'arbre dur. Tous les TSABORAHA organisés par les générations successives ont lieu dans un même endroit considéré ensuite comme sacré et il n'est pas rare au fil des décennies de voir des dizaines de crânes de zébus se superposer au sommet du tronc d'arbre.

LA CEREMONIE DU TSABORAHA
Cliquer sur une photo pour la voir en grand
sacrifice du zébu.jpg
le sacrifice du zébu
sacrifice du zébu2.jpg
les jeunes descendants du parent dont on honore l'esprit préservent les viandes contre les mouches avant de les faire cuire
sacrifice du zébu3.jpg
la meilleure portion est réservée à l'Esprit" et on la met sur une tablette de fortune construite à partir de brancnches d'arbres
sacrifice du zébu4.jpg
le crâne du zébu est  broché au sommet d'un bois sacré et au fil des années plusieurs crênes de zébus finissent par s'empiler au sommet du bois sacré.


Tandis que le Asa hara¨na est une cérémonie de retournement d'un parent récemment décédé, coutume commune à tous les malgaches. A la différence des Ras'haria¨na et Tsikafara, elle ne relève pas seulement de la seule volonté d'un parent, mais constitue une obligation sacrée incombant aux descendants du mort. Les Ras'haria¨na et Tsikafara peuvent résulter de la simple volonté d'une personne et les dépenses y afférentes sont en principe prises en charge par elle seule, les contributions venant d'autres membres de la communauté étant toujours souhaitées. Tandis que le Asa hara¨na est une affaire de toute la famille descendante du mort et les dépenses y afférentes sont ainsi partagées entre tous les membres de la famille du mort.

Assistez au tsimandrimandry, une nuit de veille précédent le jour de la cérémonie pendant laquelle chants locaux, danses traditionnelles et betsabetsa, l'alcool local seront au rendez-vous jusqu'à l'aube. Le jour de la cérémonie proprement dite, remontez le temps avec les autochtones et mangez du riz avec un morceau de feuille de bananier ou de ravinala (l'arbre du voyageur, endémique à Madagascar) en guise de cuillère, le riz étant étalé sur une grande feuille de bananier. Goûtez au ranon'ampango, le jus de riz avec un tronc de bambou en guise de gobelet. Une expérience inoubliable.


tsolabe.jpg
artiste traditionnel lors d'un TSOLABE d'une veillée "tsimandrimandry"

 

LE TSOLABE

Le tsolabe est une séance de chants et de danses traditionnels. Les chants sont généralement accompagnés de grands claquements des mains tandis que les danses sont de préférence exécutées sur une couvercle de barriques métalliques de 200 l déposée sur un trou dans le sol spécialement préparé à cet effet, pour obtenir de meilleurs échos.


 LE MORENGY


SAVA a son propre sport traditionnel: LE MORENGY, très populaire et qui fait l'objet d'un véritable engouement tous les Dimanches après-midi

MORENGY, boxe traditionnelle de la région SAVA de l'île de Madagascar
 



LA REGION TOURISME HOTELS ARTISANNAT CULTURE RESSOURCES

 

LES RESSOURCES DE LA SAVA

gousses de vanillelianes de va,illiersvanillier en fleur

La vanille  la plante reine, qui constitue la principale source de revenus dans la SAVA
Les habitants de la SAVA sont principalement des agriculteurs et chaque individu originaire de la région est issu d'une famille  paysanne. L'activité agricole est dominée par la culture du riz pour l'alimentation et des produits de rente dont principalement la vanille, le café et le giroffle, comme sources de revenus.
L'élevage à SAVA n'est pratiqué que comme activités d'appoint.

Par contre, certaines zones de la région regorgent de ressources minières dont les cristaux, les quartz et les corindons de différentes natures.


Pour en savoir plus sur les ressources et les activités économiques de SAVA allez à la page les_richesses_de_SAVA.html

les autres épices de SVA

LA SAVA EN VIDEO

Ceci est une publication de

vanillaland.com

mise à jour le 10/04/2014